Après le site de Surgères qui transforme depuis un an et demi du fumier en biogaz, c’est la commune de Genouillé qui pourrait accueillir ce type d’équipement dans quelques années. Les élus de la Communauté de communes ont adopté ce mardi une motion de soutien en faveur du projet porté par la société privée Cap Vert Energie, qui sera complémentaire à celui créé par Aunis biogaz à Surgères, comme le souligne le président de la CdC Aunis Sud Jean Gorioux :
Contrairement au site de Surgères, le biogaz issu de la méthanisation ne sera pas injecté dans le réseau de distribution, mais dans le réseau de transport de gaz. Voilà encore un pas de plus en faveur du développement des énergies renouvelables sur le territoire, comme le confirme Jean Gorioux :
Les travaux de cette 2e unité de méthanisation pourraient démarrer en 2024. Coût estimé de l’opération : 8 à 9 millions d’euros.