Péage au pont d’Oléron : il n’y aura pas de consultation des Oléronais

Le couperet est tombé. Il n’y aura pas de consultation des Oléronais à propos du retour d’un péage sur le pont d’Oléron. Le principe a été jugé illégal ce matin par le tribunal administratif de Poitiers, qui a suivi l’avis défavorable émis par le rapporteur public. Les trois délibérations prises à ce titre par le Conseil départemental de la Charente-Maritime ont toutes été annulées. Les juges ont notamment estimé que le périmètre de la consultation, limité aux seuls habitants de l’île, était trop restreint. Une victoire de plus pour les opposants au projet d’écotaxe, à l’image de Michel Rivault, président de l’association AGPIO qui avait saisi la justice :

Michel Rivault qui espère que l’étude d’impact en cours prouve que l’instauration d’une écotaxe aura des conséquences économiques néfastes pour le territoire. A noter que le referendum local n’avait qu’une valeur consultative. Le vote du projet sera soumis en décembre aux élus du Conseil départemental. Le Conseil départemental qui ne fera pas appel de cette décision.

La digue des Boucholeurs allie désormais protection et esthétisme

Dévastée par la tempête Xynthia en 2010, elle vient de retrouver un certain cachet, dans sa partie qui relie le port des boucholeurs à la route de l’oasis. Elle a été entièrement reconstruite et aménagée en promenade littorale. Si sa vocation première est de protéger la population des assauts de la mer, une attention particulière a été portée à l’esthétisme de l’ouvrage, avec notamment la création de bancs recouverts de mosaïque. Une grande satisfaction pour le maire de Chatelaillon, Jean-Louis Léonard, dont la ville avait été durement frappée par Xynthia. On l’écoute :

Autre particularité de l’ensemble, la création d’une rotonde qui abritera prochainement une table d’orientation et d’interprétation de 7 mètres en lave émaillée. En septembre, le pied sur lequel elle reposera sera aussi agrémenté de mosaïque.

La signature hier Marennes du 4e contrat de ruralité de la Charente-Maritime


Il concerne les Communautés d’agglomérations de Rochefort et Royan et le Pôle d’équilibre des territoires ruraux de Marennes-Oléron, en présence des élus et du nouveau sous-préfet Jean-Paul Normand. Ce contrat, qui s’étend de 2017 à 2020, va permettre de financer des projets sur les trois territoires, avec des priorités pour chacun. Ecoutez Jean-Pierre Tallieu, le président de la CdA Royan Atlantique :
Des travaux prévus pour 2018.
Ecoutez à présent Mickaël Vallet, président du PETR de Marennes-Oléron et maire de Marennes :
Enfin, du côté de Rochefort, les projets sont aussi multiples. Hervé Blanché, président de la Communauté d’agglomération Rochefort océan et maire de Rochefort :
Et le 5e contrat de ruralité du département sera signé mardi à Surgères, avec la Communauté de communes Aunis Sud. En présence du sous-préfet et de Jean Gorioux, le président de la CdC.

Surgères : l’Ehpad s’agrandit et créé de l’emploi


L’inauguration hier midi d’un nouveau bâtiment à la maison de retraite Val de Gères à Surgères. L’établissement qui accueille une centaine de pensionnaires vient d’achever sa 2e phase d’agrandissement, avec l’ouverture de l’unité Les Camélias censée accueillir 14 personnes âgées dites « désorientées ». Une montée en puissance qui prendra fin en 2018 avec l’achèvement de la 3e phase du projet qui concernera la logistique et les espaces verts. Alain Michel, directeur du groupe hospitalier de La Rochelle dont dépend l’Ehpad de Surgères, s’exprime au sujet de cette évolution :
Ce nouveau bâtiment va permettre d’améliorer le confort des résidents, mais aussi du personnel selon Evelyne Corneille, animatrice :
Enfin, les bonnes nouvelles se suivent à Val de Gères, puisque parallèlement à l’agrandissement, le conseil d’administration vient de décider de pérenniser le personnel qui a été recruté cet été. A savoir deux auxiliaires.