Une centaine de migrants toujours en attente de solution en Charente-Maritime

Ils sont encore hébergés dans des Centres d’accueil et d’orientation de Rochefort, Corme-Ecluse et dans l’agglomération de La Rochelle. Certains viennent de quitter les centres d’hébergement temporaires de Saint-Georges-de-Didonne et Les Mathes. Ils rejoindront progressivement les lieux d’accueil pour les demandeurs d’asile de droit commun. Le point avec Matisse Sorignet :

Aigrefeuille : le coup d’envoi demain du festival des alternatives et de la transition

C’est la Semaine nationale des alternatives aux pesticides. A cette occasion, l’association Pays Aigrefeuillais en Transition organise dès demain le festival des alternatives et de la transition. Trois jours pour échanger, débattre et s’informer autour des questions de l’alimentation, de la santé et des pesticides. Car il est urgent d’agir dès maintenant selon Sonia Gaborit, l’une des organisatrices :

Et l’association compte sur les élus municipaux pour se mobiliser. Sonia Gaborit :

Conférence demain à 18h30, salle de la piscine. Samedi, stands et ateliers dès 10h à la salle des fêtes, et à 17h projection du film « Qu’est-ce qu’on attend ? ». Et dimanche sortie découverte au lac de Frace.

Les deux derniers matchs de Top 14 à La Rochelle se joueront à guichets fermés

Les rencontres face à Bordeaux-Bègles le 8 avril et Montpellier fin avril affichent complet. Ce qui constituera un record pour le Stade rochelais avec 21 matches à guichets fermés consécutifs. Fort de cet engouement, la capacité d’accueil du stade Marcel-Deflandres passera la saison prochaine de 15 000 à 16 000 places. La campagne d’abonnement sera lancée début avril.

Gemré veut la gratuité du pont de Ré

L’association GemRé, qui milite pour la gratuité du pont de l’île de Ré, interpelle de nouveau les conseillers départementaux de la Charente-Maritime. Ils sont réunis toute cette semaine en session plénière. L’occasion pour GemRé de réaffirmer son engagement pour le retrait du péage ou au moins une exonération des Charentais-Maeritimes. Une taxe votée par les élus, et pourtant contraire au principe de libre circulation des biens et des personnes selon Jean-Marc Jucker, coordinateur de l’association GemRé :

Une écotaxe perçue à tort selon l’association, car près du tiers servirait à financer l’entretien du pont. Une disposition contraire à la loi L321-11 du code de l’environnement. A ce titre, GemRé a saisi le tribunal administratif de Poitiers et la Chambre régionale des comptes. Une réponse est attendue prochainement.