Surgères

Le Palace de Surgères fait le plein d’animations pour les vacances d’hiver

Comme pour les congés scolaires de Noël, l’espace multimédia propose des ateliers. Il sera question cette fois de détourner des affiches de cinéma. Les explications de Loïc Hanquier, animateur multimédia :

Rendez-vous du lundi au vendredi, tous les après-midi de 14h à 16h30. C’est ouvert aux enfants de 7 à 15 ans. Le 22 février, sera proposé un atelier pour créer un film d’animation en stop-motion sur le thème de Wallace et Gromit. Il faut réserver au 06 71 41 93 68.

L’inauguration hier du camion frigorifique de l’épicerie solidaire de Surgères


Un véhicule devenu indispensable qui va permettre de réaliser les tournées de collecte des produits alimentaires frais, dans de meilleures conditions d’hygiène et de sécurité. Et surtout de respecter la chaîne du froid. L’équipement a pu être financé grâce à 13 entreprises locales dont les logos figurent désormais sur l’utilitaire. Des entreprises qu’il a fallu convaincre comme le souligne Cécile Gioan, responsable du Centre intercommunal d’action sociale qui gère l’épicerie solidaire :

Ce que reconnaît volontiers Catherine Desprez, maire de Surgères et 1re vice-présidente de la Communauté de communes Aunis Sud en charge du CIAS :

L’utilitaire facilite le travail des 40 bénévoles de l’épicerie solidaire. Une épicerie qui compte plus d’un millier de bénéficiaires. Sa fréquentation est stable depuis deux ans, mais elle témoigne encore d’une grande précarité. Jean Gorioux, le président de la CdC Aunis Sud :

Pour bénéficier de l’aide sociale de l’épicerie, il faut être domicilié sur le territoire d’Aunis Sud. Contactez le CIAS. L’épicerie, située au 3 avenue Charles-de-Gaulle à Surgères, est ouverte au public trois fois par semaine.

Genouillé : il vit dans une voiture avec ses douze chats et son chien

La détresse d’un sans-abri qui vit dans une voiture à Genouillé, au sud de Surgères. André Robache a 55 ans. Il ne peut plus travailler, il est gravement malade et perçoit une aide de 818 euros par mois. De surcroît, il est interdit bancaire. Il a été expulsé de son logement il y a un an et demi, et s’est retrouvé à la rue sans ménagement. Depuis, il passe ses journées et ses nuits sur un parking. Problème aujourd’hui, la voiture dans laquelle il vit appartient à un ami qui va bientôt la récupérer, en raison d’une suspension de permis qui arrive à échéance. André Robache se retrouve dans une impasse, d’autant qu’il redoute d’être expulsé par la municipalité. On l’écoute :

Le maire Marc Duchez dément ces accusations, estimant avoir fait le nécessaire en lui ouvrant les vestiaires, et en lui proposant des repas qu’il a fini par refuser à la suite d’une altercation. Marc Duchez s’inscrit en faux :

Problème, gros problème même. André Robache ne veut pas se séparer de ses douze chats et son chien qui vivent avec lui dans la voiture :

Des animaux qui posent problème au voisinage selon le maire. André Robache lance aujourd’hui un appel au don pour s’acheter une nouvelle voiture, une caravane et trouver un terrain pour se poser. Vous pouvez le contacter au 06 41 06 41 21.