Surgères

Trois emplois aidés sur cinq sauvés au centre social de Surgères

Ils viennent d’être renouvelés pour un an, malgré l’arrêt de ce type de contrat l’été dernier par le gouvernement. De quoi assurer la continuité de certains services qui étaient voués à disparaître. A savoir la boutique solidaire et le service de location de scooters. C’était sans compter sur une mobilisation rapide, avec pétition et manifestation. La présidente du CAC centre social est soulagée. On écoute Antoinette Lebot :

Deux contrats sont encore sur la sellette, avec des fins prévues en janvier et mai 2018. Antoinette Lebot lance un appel à l’Etat et aux collectivités locales pour pérenniser ces emplois. A noter que le CAC n’a plus de directeur depuis quelques jours. Philippe Fléchais ayant pris sa retraite le 1er décembre, après une vingtaine d’années de bons et loyaux services.

Téléthon : première pour le Téléth’Aunis à Surgères

Le coup d’envoi aujourd’hui du Téléthon. C’est la 31e édition. Cette année, c’est Zazie la marraine. L’objectif est de récolter de fonds pour l’AFM, l’Association française contre les myopathies. L’an dernier, l’opération avait permis de récupérer 80 millions d’euros de dons. Par téléphone au 36 37. Et grâce à des milliers d’initiatives locales, comme ce sera le cas demain autour de Surgères avec le Téléth’Aunis. Une randonnée de la solidarité, suivie d’une soirée festive. Plusieurs associations locales se mobilisent autour de cette action qui est une première sur le secteur. On écoute Jean-Marie Vandenbossche, l’organisateur :

La randonnée du Téléth’Aunis partira du pont levis de Surgères demain à 13h30, direction le stade de foot de Boisseuil, puis celui de Marsais. C’est là qu’aura lieu la soirée festive, au complexe du chat d’eau, à partir de 16h30. Avec animations et dîner dansant dès 19h30.

Johnny : le Café Français de Surgères lui rendra hommage le jour de ses obsèques

Michel Bolla du Café Français

Le Café Français de Surgères rendra hommage à Johnny Hallyday le jour de ses obsèques. C’est l’idée qu’a eu tôt ce matin le patron du Café Français Michel Bolla :

J-2 avant l’ouverture du nouveau magasin fermier A la ferme d’Aunis à Surgères

Exit les Ateliers relais de la Communauté de communes, les 32 producteurs locaux emménagent depuis hier dans leur propre bâtiment, qu’ils ont fait construire dans la zone industrielle Ouest, route de La Rochelle. Après huit mois de travaux, le chantier s’achève. L’enseigne a été posée ce week-end. Et le magasin qui ouvre jeudi ne passe pas inaperçu, comme le souligne le président d’A la ferme d’Aunis Emmanuel Bonacki, par ailleurs éleveur ovin à Saint-Georges-du-Bois :

De quoi faire oublier le terrible incendie qui avait ravagé le premier magasin rue Théodore Tournat en juillet 2015. D’autant que la surface de vente va passer de 180 à 257m², avec 200 m² de bureaux et de stockage, et 45 places de parking pour le confort des clients. Des clients dont Emmanuel Bonacki espère faire progresser le nombre :

750 000 euros ont été nécessaires pour créer ce nouveau magasin qui va continuer de proposer des produits frais, de saison et de qualité. Des produits qui plaisent à la clientèle d’aujourd’hui :

Ouverture d’A la ferme d’Aunis le jeudi de 14h à 19h. Le vendredi de 9h à 13h et de 14h à 19h. Et le samedi de 9h à 12h30.

Le coup d’envoi lundi de la Semaine pour la paix à Surgères

Après la question sensible de l’immigration l’an dernier, cette 2e édition va porter sur le thème de l’alimentation et de l’agriculture pour faire de « notre assiette : un instrument de paix ». Ou comment amener les consommateurs à manger de façon plus responsable. On écoute les organisateurs Antoinette Lebot et Philippe Lacan, membre du collectif pour la paix :

Deux temps forts sont prévus. Ce lundi avec une table ronde animée par l’agriculteur Jean Boutteaud et la journaliste Lucielle Leclair. C’est à 20h30 salle du lavoir. Et samedi, la marche pour la paix qui partira de la mairie à 14h, direction les Potagers du château, l’Accorderie, l’Enilia et la Résidence Yolande. Avant la projection du film « Nourrir une métropole » à 18h au Café français, suivi d’un débat animé par la journaliste Véronique Duval et d’un repas partagé. C’est gratuit.