Saintes

Trois rassemblements demain en Charente-Maritime pour la journée d’action interpro

Nouvelle journée d’action interprofessionnelle demain. Salariés du public et du privé, mais aussi retraités, lycéens et étudiants, vont se rejoindre dans la rue pour dénoncer les réformes en cours, voulues par le président Emmanuel Macron. A l’appel de quatre syndicats, les manifestants devraient être nombreux à défiler. Trois rassemblements sont prévus le matin en Charente-Maritime. Michel Deshayes de l’Union locale CGT de Saintes :

Trois rassemblements sont donc prévus en Charente-Maritime. A 10h30 place Bassompierre à Saintes et place Colbert à Rochefort, et à 11h place du Commandant de la Motte rouge à La Rochelle.

Une mobilisation qui coïncide avec la 8e journée de grève des cheminots. Ils ne décolèrent pas. Réunis en assemblée générale ce matin, ceux de Saintes ont exigé le retrait de la réforme ferroviaire adoptée hier en première lecture à l’Assemblée nationale. Michel Deshayes :

Les cheminots grévistes du Technicentre de Saintes dénoncent également la suppression annoncée de 200 emplois.
Côté trafic à la SNCF, il est encore très perturbé aujourd’hui et demain. Avec 2 TGV entre Paris et La Rochelle. 1 TGV sur 3 au niveau national. 64% des liaisons TER Poitou-Charentes sont assurées en cars.

Les avocats de Saintes et La Rochelle-Rochefort mobilisés contre la réforme judiciaire

La justice en grève aujourd’hui. Magistrats, greffiers et avocats vont de nouveau se mobiliser contre la réforme judiciaire. Une grande manifestation est prévue à Paris. A Saintes, les avocats du barreau ont décidé de renvoyer toutes les audiences et assistances. Les consultations gratuites prévues à Royan, Jonzac et Saint-Jean-d’Angély ne sont pas assurées.
A Rochefort, les professionnels sont inquiets pour l’avenir du Tribunal d’instance. Après la suppression du TGI en 2010, rattaché à celui de La Rochelle, de nouvelles craintes se font jour. On écoute le bâtonnier du barreau de La Rochelle-Rochefort Maître Eric Sainderichin :

Des justiciables qui seraient donc laissés aux mains d’administrations, sans possibilité de faire appel aux juges. Cette réforme voulue par le président Macron et les membres de son gouvernement indigne Maître Eric Sainderichin et nombre de ses confrères avocats :