Innovation dans les transports avec l’inauguration hier sur l’île de Ré de neuf nouveaux cars roulant au bioéthanol. La Région Nouvelle-Aquitaine et Transdev ont lancé une nouvelle flotte de véhicules qui vont desservir la ligne 3 entre Ré et La Rochelle. Cette nouvelle flotte de cars est composée de 9 véhicules. Ces derniers ont la particularité de rouler à l’ED95, un bioéthanol de 2e génération. Il s’agit d’un bio-carburant obtenu par un procédé de fermentation industrielle permettant la transformation du sucre de marc de raisin en alcool brut. Le produit est ensuite distillé
et déshydraté pour obtenir du bioéthanol. Ses avantages : limiter la dépendance énergétique, contribuer à la réduction des déchets de la production viticole, et diminuer fortement la pollution avec une baisse de 85 % des émissions de gaz à effet de serre, de 50 % d’oxyde d’azote et de 70 % de particules fines par rapport au diesel. Pour s’approvisionner en ED 95, la Région peut s’appuyer sur une production locale avec Raisinor France, société basée à Coutras en Gironde, et première société européenne de collecte d’éthanol issu de résidus de végétaux orientés vers les secteurs énergétiques.
La ligne 3 La Rochelle-île de Ré est donc désormais équipée de véhicules utilisant ce bio-carburant, avec tout le confort et les améliorations dans le service rendu. Dans le cadre de sa politique de transition énergétique, la Région Nouvelle-Aquitaine soutient cette opération à hauteur de 2 millions 300 000 euros sur une période de six ans, correspondant à la durée de la concession de service public. Par ailleurs, elle investit 28 000 euros pour l’installation de la cuve à bioéthanol. Le surcoût pour ce type de véhicule est de 80 000 euros par rapport à un car “classique”, soit 720 000 euros pour les neuf cars de la flotte.