La signature du protocole de « participation citoyenne » à Bernay-Saint-Martin

La signature cet après-midi du protocole de « participation citoyenne » à Bernay-Saint-Martin. Une commune située pile sur l’axe Surgères/Saint-Jean-d’Angély. Après la multiplication des cambriolages cet été et des vols réguliers dans le cimetière, ce dispositif de sécurité et de surveillance répond à des besoins constants de moyens de lutte contre la délinquance. Testé depuis plus de dix ans dans de nombreuses communes, il est justifié aujourd’hui aux yeux de la maire de Bernay-Saint-Martin Annie Poinot-Rivière :

Le dispositif de « participation citoyenne » repose sur la vigilance des habitants, invités à signaler tout comportement suspect auprès des six référents qui alerteront ensuite la gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély, partenaire de l’opération. La liste est disponible en mairie.

La Rochelle : “on paie 18 euros de cantine par jour”

Des dizaines de parents d’élèves mobilisés ce midi à l’école Beauregard de La Rochelle. Comme dans plusieurs écoles de la ville aujourd’hui, ils n’ont pas mis leurs enfants à la cantine pour protester contre les tarifs très élevés. Les prix vont en effet de 3 à 9 euros par jour, selon les catégories sociales et si l’élève est domicilié ou non à La Rochelle. Si les prix ont baissé pour les familles les plus aisées et ont été maintenus pour les plus précaires, ce sont les classes moyennes qui sont les plus impactées avec une augmentation de 35% en trois ans. Nicolas Gendre, représentant des parents d’élèves FCPE de l’école maternelle Beauregard, cumule les mauvais points :

Nicolas Gendre en appelle aux élus de la Ville pour revoir les tarifs à la baisse. Mais aussi améliorer le système de facturation qui selon lui manque de transparence, car le détail des jours de cantine facturés n’apparaît pas sur son relevé.

Rosen Hicher poursuit son combat pour l’abolition de la prostitution

Cette ancienne qui est restée dans le « métier » pendant 22 ans viendra témoigner jeudi à Aytré, de la violence dont elle se dit avoir été victime durant ces années où elle a dû vendre son corps pour survivre. En 2014, elle avait parcouru 800km à pied entre Saintes et le Sénat à Paris pour faire entendre sa voix, bien avant l’entrée en vigueur de la loi sur la pénalisation des clients de prostituées en avril 2016. Une marche qu’elle a vécue comme une thérapie et qui a permis de faire avancer les choses. Rosen Hicher :

Rosen Hicher qui demande désormais au gouvernement la mise en place de parcours de sortie de la prostitution, le déblocage de fonds pour aider les filles de la rue, des mesures de formation des travailleurs sociaux et des médecins pour aider ces femmes. Elle participera à un débat jeudi soir à 19h30 à la salle Georges-Brassens à Aytré, après la projection du documentaire « Rosen en marche pour l’abolition » de Catherine Tissier.

Rosen Hicher qui tient à s’exprimer sur l’affaire du producteur américain Harvey Weinstein et la multiplication des témoignages de harcèlements sexuels, très nombreux ce week-end sur les réseaux sociaux avec le #balancetonporc. Rosen Hicher :

Rosen2