Les professionnels de l’aide à domicile se sont mobilisés ce matin à La Rochelle

Une cinquantaine de dirigeants et salariés se sont rassemblés devant la Maison de la Charente-Maritime, à l’heure de la clôture de la session d’été du Conseil départemental. Tous ont protesté contre un rapport qui prévoit une réforme de la tarification. Ce qui menace plusieurs structures et des centaines d’emplois sur le département selon Jean-Marie Beugnon, président de l’Ofas, l’Office des aînés de Surgères :

Le rapport qui prévoit plus de moyens pour l’aide à domicile, de l’ordre de 1,5 à 1,7 million d’euros, a finalement été adopté par les élus à 33 voix pour, 18 contre et 3 abstentions. Fixant le taux horaire à 22 euros. Un tarif unique désormais sur l’ensemble du département pour plus d’équité selon la vice-présidente en charge des affaires sociales Corinne Imbert qui s’est entretenu ce matin avec les professionnels :

Mais Bruno Aclément, qui dirige 15 structures d’aide à domicile, en doute. On l’écoute :

Le chef de file de l’opposition socialiste Mickaël Vallet est monté au créneau pour soutenir le mouvement des manifestants. Il s’est exprimé pour demander le report du vote, sans succès. A noter qu’un nouvel entretien est prévu lundi à La Rochelle avec Corinne Imbert et Dominique Bussereau.

Plus de postes que d’enseignants en Charente-Maritime

C’est ce qu’il ressort du Conseil départemental de l’Education nationale qui s’est tenu hier à La Rochelle. Selon le directeur d’académie, il manque à l’heure actuelle 30 professeurs. Il y a donc urgence avant la rentrée scolaire de septembre. Une rentrée qui devrait se faire toutefois dans de bonnes conditions, sans risque de nouvelle fermeture de classe en septembre selon la nouvelle carte scolaire. 10 fermetures ont déjà été prononcées. 8 classes sont maintenues dont celle de Dolus-d’Oléron.

Le logement étudiant coûte cher à La Rochelle

C’est la 2e ville de la région où les loyers sont les plus élevés, après Bordeaux. Une enquête de locservice.fr indique que le prix moyen est de 462 euros, charges comprises, pour un studio. Sur un budget très serré, Matisse Sorignet :

Et si La Rochelle affiche des tarifs peu attractifs, Poitiers décroche la palme de la ville universitaire la moins chère, au niveau régional comme au niveau national.

Un don pour le service pédiatrie de l’hôpital de Rochefort


La somme de 1000 euros vient d’être versée au bénéfice de l’association Enfance et Adolescence du centre hospitalier rochefortais. C’est l’association Club 41 qui a œuvré en faveur des enfants malades. L’objectif est d’embellir les plafonds des chambres. Une chose primordiale pour ceux qui restent immobilisés, comme le souligne Lydie Demené présidente de l’association Enfance et Adolescence :

Cela fait maintenant plusieurs années que le Club 41 se mobilise pour le service pédiatrie. André Bonnin, le président :

Et l’association prévoit également une action en direction des enfants handicapés, avec comme objectif une sortie en mer, au cours du printemps 2018.

Grève à Alstom Aytré : FO juge « inadmissible » de licencier un salarié pour une tablette cassée

Une centaine de salariés d’Alstom à Aytré s’est mobilisée ce matin devant les grilles de l’entreprise. Les syndicats FO et CGT dénoncent le licenciement hier d’un salarié pour avoir cassé une tablette tactile. Une procédure jugée abusive par Force ouvrière qui parle d’un accident, quand la direction évoque le caractère intentionnel de la faute. Sans preuve. C’est ce que nous a confié Fabrice Cotrel, secrétaire général Force ouvrière Alstom Aytré :

Choquée par cette décision brutale, une partie des salariés a décidé de rendre les tablettes à la direction en guise de protestation et de soutien, dénonçant une certaine pression exercée actuellement sur le personnel pour des motifs dérisoires. Ils réclament la réintégration de leur collègue.